mardi 30 octobre 2007

cosmétique bio ::: ça se complique


Cosmétiques bio et naturels : un casse-tête pour le consommateur

Un article d'Hélène Huteau
Mis en ligne le : 29/10/2007 chez Novethic.fr

L'industrie de la beauté est transformée par la niche, à croissance rapide, des cosmétiques bio et naturels. Hier considérés comme des produits peu attirants, ils sont aujourd'hui de plus en plus prisés. Les grandes marques du secteur tentent d'apprivoiser la tendance quitte à la dévoyer.
...
Fin novembre, à Paris, le Natural Beauty Summit, un programme de formation international accueillera une centaine de dirigeants de grandes marques françaises. Chacun cherche à se positionner sur la lame de fond verte. " De multiples solutions plus rapides et moins coûteuses que de revoir sa formule existent ," déclare Sandie Jaidane, directrice marketing de l'événement. Dans quelques mois, les consommateurs risquent d'être un peu plus perdus encore.

A nos étiquettes !

Lire la suite :Novethic.fr

Neomansland ::: le site marchand

Rien ne se perd, tout se transforme.
Neomansland (on présente pas, tout le monde connait) ouvre enfin sa boutique d'eco design en ligne.
Quand on arrive sur le site, ça glougloute et ça piaille. On se croirait à la campagne.
Nous les chats, on a repéré ce truc, un copain pratique pour ranger notre matos de bricolo-beauté.

Allez y faire un tour, y'a des trucs pas mal et pas trop cher.

Libé labo ::: Libé-rez vos yeux et vos oreilles

Libération lance la semaine prochaine un site de programmes (interviews, reportages, débats) en son, en images et en diaporamas sonores. D'accès gratuit sur le site LibeLabo
, les programmes seront réalisés par la rédaction du quotidien. Comme pour le site de Libération, le modèle de financement sera basé sur l'audience et la publicité, avec des bandeaux publicitaires classiques, le sponsoring étant également à l'étude.

Intersélection ::: espace bio et mode éthique

Les 6, 7 et 8 novembre prochains, le parc des expositions de Villepinte accueille la nouvelle édition d’Intersélection. Une édition ponctuée de conférences dont la politique revendique un jour, un thème. Riche en nouveautés, cette session met en relief la nouvelle impulsion donnée au salon enrichi d’un univers et d’un concours entièrement dédiés à l’accessoire ainsi que d’un espace consacré au bio et à l’éthique.

Baptisé Sensible, l’espace destiné aux confectionneurs utilisant des matières biologiques ou provenant du commerce équitable compte une vingtaine d’exposants dont notamment Ethos tout juste récompensé par La Redoute lors du Ethical Fashion Show, Ideo, Jardin Bio et KamaKala. Situé dans le Hall 2 du parc, il abrite, le dernier jour, une conférence articulée autour de la valorisation des points de vente avec l’arrivée d’une nouvelle offre écologique, alternative et durable.

Via Fashionmag
Intersélection

lundi 29 octobre 2007

Zoo de Copenhague ::: Les grands singes et le bio

Les singes et tapirs du parc zoologique de Copenhague préfèrent manger des bananes et autres fruits bio, laissant de côté toute autre nourriture traditionnelle.
"Pour une raison ou une autre, les tapirs et chimpanzés choisissent des bananes cultivées biologiquement plutôt que les autres. Peut-être qu'ils arrivent instinctivement à sentir la différence, et leur choix n'est absolument pas dû au hasard", a déclaré à la revue Oekologisk Jordbrug (Agriculture biologique), le gardien Niels Melchiorsen, préposé à la nourriture des animaux.

"Les chimpanzés sont notamment capables de discerner le bio du conventionnel. Si on leur offre des bananes bio et traditionnelles, ils prennent systématiquement les bananes écologiques, qu'ils mangent avec la peau", a-t-il souligné. "Ils épluchent en revanche les bananes classiques avant de les manger".
Le zoo de Copenhague, qui aspire à recevoir le "label vert" (écologique), a commencé l'année dernière à donner 10% de produits alimentaires bio à ses pensionnaires. Il vise cette année la barre des 15%, et espère atteindre jusqu'à 33% d'aliments écologiques en 2005. (AFP 2003)



"Maison des Elephants", Danemark
Au coeur du zoo de Copenhague, Norman Foster a conçu un espace original pour les éléphants indiens, principale attraction du lieu.
Un vaste espace plat leur permet de se déplacer en troupeau comme ils le feraient en milieu naturel.
L'abri - deux bulles en verre incrustées dans le sol - assurent une interaction avec l'extérieur sans constituer une protubérance trop importante dans le parc. A l'intérieur : des terrasses permettent aux visiteurs d'approcher les éléphants.

dimanche 28 octobre 2007

Mode :::mannequins ... de couleur

Un peu embrûmée en cette fin de week end frileux, je tombe sur un excellent article de Rue89.

Mode: les mannequins noirs, perles rares sur les podiums
Par Chloé Leprince (Rue89) 16H28 27/10/2007

A l'heure où tant d'actes insupportables sont encore en action dans notre beau pays et partout dans le monde à propos de "races, ethnies, papiers, sans-papiers...", il me semble judicieux de retenir ce sujet.
Les commentaires sont édifiants, l'article est .


Adama, finaliste du concours Elite International 2007

samedi 27 octobre 2007

Martine écolo ::: couvertures détournées

OK, c'est pas très fresh comme info.
Mais, nous les chats, on a été élevé avec Martine... Alors on n'a pas résisté à y aller de notre petite couverture détournée.



Chez Planete terra, le media collaboratif, Martine rejoint 2 super héros et sauve la Planète à travers 5 propositions faciles à imiter. Evidemment, on adore et en plus c'est - comme d'habitude -très intelligent. Voir aussi dans la même rubrique, L'homme Invisible et Superman qui expliquent leur engagement pour un monde plus propre.



Chapeau bas pour celles de Neomansland.

Et chez l'initiateur, de tout ! Du politique au scatologique, totalement incorrect!

Merci aux éditions Casterman.

vendredi 26 octobre 2007

blogspot de la semaine ::: On compte pour du beurre



Le blog de la semaine est un blog d'artiste.
Je vous engage à aller y faire un tour. La demoiselle est non seulement très douée, mais en plus elle philosophe.
On y apprend qu'elle a un faible pour les poubelles

et une fascination pour la foule, qu'elle adore dessiner des chaussures, qu'elle aimerait bien gagner sa jeune vie en illustrant des sujets mode.

C'est tendre, c'est fort, c'est un peu triste parfois.

Une renaissance de la peinture?
Et quelques illustrations prometteuses.



On compte pour du beurre, le blog de Charlotte Lebris.

jeudi 25 octobre 2007

Les créateurs ont du cœur ::: braderie Arcat

Du 31 octobre au 2 novembre, l’Espace Catherine Max accueille une grande vente de solidarité sur les thèmes de la mode et de la décoration/design au profit de l’association ARCAT et des personnes touchées par le VIH/sida.

Comme chaque année, de grands noms de la mode, de la beauté, du design et de l’univers de la
maison s’associent à la lutte menée depuis plus de 20 ans par Arcat, en offrant des milliers d’articles
qui seront revendus au public à des prix exceptionnels (de – 30 % à – 90 %).



L’intégralité de la somme récoltée sera reversée à l’association ARCAT pour soutenir ses actions en faveur des personnes touchées par le sida.

7000 nouvelles contaminations en 2005 : la lutte contre le sida doit rester plus que jamais une cause mobilisatrice.

ESPACE CATHERINE MAX
17, av Raymond Poincaré – 75116 Paris – Métro : Trocadéro
Mercredi 31 octobre 2007 : 10h-20h
Jeudi 1er novembre 2007 : 10h-20h
Vendredi 2 novembre 2007 : 10h-17h
INFOLINE : Tél. : 01 44 93 29 29
www.arcat-sante.org
CONTACTS PRESSE :
Guillaume Guitton
Tél. : 01 55 87 55 34
presse@arcat-sante.org

Anita Mitra ::: Art du Khanta sur saris recyclés

ANITA MITRA - Kanthas
Tableaux en patchwork sur saris et dhotees anciens recyclés

Marcia de Carvalho / Galerie Art Border Line Londres
2 bis rue du roi de sicile 75004 Paris
contact Presse: 06 60 50 97 17

25 October - 18 November, 2007
Vernissage le 25 octobre à 19H



Anita Mitra est indienne. Elle enseigne l’art aux enfants et adore jardiner. Ainsi son travail apparaît dans toute sa fraîcheur, des œuvres narratives et poétiques qui se déploient sur des saris anciens recyclés et patiemment rebrodés de fils de couleurs.

Elle fait revivre ainsi par-delà les siècles une tradition ancienne qui se nomme Kantha (K-aa-n-th-aa), un art populaire pratiqué par des femmes au sein de leurs maisons. Un art du Quilt oriental, des images profondément féminines et presque mystiques parfois, des pièces exquises et rares que l’on ne peut plus voir qu’à Londres, dans les collections du Victoria & Albert Museum.

Chaque Kantha traditionnel nécessitait des heures et des heures de travail volées aux charges ménagères. Du temps pour soi grapillé deci-delà. Parfois pendant des années même. On utilisait pour cela les saris et les dhotees usés. Les broderies patiemment appliquées leur donnait une seconde jeunesse.
Le travail d’Anita participe de cette même douceur, de ce moment de féminité privilégié.

Aujourd’hui, elle réintroduit cette tradition oubliée avec des groupes de brodeuses à Calcutta, des femmes de la classe moyenne à qui elle enseigne leurs traditions perdues : l’art du patchwork et du recyclage. Les ateliers mélangent tous les âges et l’artiste s’inspire de motifs urbains autant que de scènes mythologiques. Loin des formes tantriques, la géométrie et l’harmonie de ces images doit beaucoup à la lenteur du geste de la brodeuse et à la douceur des étoffes usées.

La nature, les fleurs et l’amour sont au centre de ce panthéon de représentations féminissimes . Le dieu Ganesh lui même est représenté sous la forme d’un enfant-éléphant.

Ses pièces nécessitent environ deux mois de travail, parfois plus pour les plus élaborées. Elles font partie de collections privées, rarement montrées au public. Son travail sur les influences Bengali a été exposé récemment à londres et voyagera à Calcutta pour une exposition à la Fondation Art Border Line.
Marcia de Carvalho accueille ce travail dans sa nouvelle boutique du marais et inaugure ainsi une collaboration avec la galerie londonienne Art Border Line, spécialisée dans le travail d’artistes non européens en Diaspora. C’est une occasion unique de voir à Paris ces pièces exceptionnelles.


----------------
Anita's stitch-cloth images usually takes at least a couple of months if not more as with her latter period becoming painstakingly elaborate. Hence most of her works are in private collections in India and Europe with some rare shows. She has recently showed her latest canvas in Influences of Bengal in London and will appear in Modern Women in Kolkata for the Art Border Line Foundation. The artist lives in India, teaches art to six year olds and loves gardening.

Artist Anita Mitra's early works are simple narratives, in naive forms stitched directly into multiple layers of cotton and canvas using recycled as well as embroidery thread. She has revived the centuries old household art of of recycling cloth with salvaged colored threads to create aesthetic depictions of real life, of deep feminine designs and mystical forms. This art was known as Kantha (K-aa-n-th-aa) as it was used mainly to make a soft quilt of the same name, and rare exquisite pieces of which can still be found only at the Victoria & Albert Musuem and ... Museum. Each traditional Kantha took months and even years to complete, as women created them in their moments of rest and spare time. It was made from sheets, sarees and dhotees (five yard cloth worn by women and men in South Asia). Similarly Anita's works are reflective, quiet and have as sense of feminine fullness.

She tried to re-instate this art form in the middle class women in Calcutta by teaching them the stitches and the technique of recycling. Womens workshops of young and very old ladies brought forward their urban motifs and mythical narratives from which the artist drew her early series. Unlike tantric forms the geometry and harmony of these images are drawn from a need to communicate domestic bliss, the mental peace that accompanies a slow stitching motion, the familier texture of used cloth. Nature, Blossoms and Love frequently form the core message. Even the elephant god "Ganesh" is a childish eager version. Deceptively simple the designs have balance and geomtery inspite of free hand stitching. The fabric is re-used cotton layered with khadi (handspun cotton).

Anita's stitch-cloth images usually takes at least a couple of months if not more as with her latter period becoming painstakingly elaborate. Hence most of her works are in private collections in India and Europe with some rare shows. She has recently showed her latest canvas in Influences of Bengal in London and will appear in Modern Women in Kolkata for the Art Border Line Foundation. The artist lives in India, teaches art to six year olds and loves gardening.

Art Border Line UK represents the Artist and has the pleasure of collaborating with designer Marcia de Carvalho in her new space in the Marais to present the first solo of Anita Mitra in Paris. Art Border Line promotes Diaspora Art and Culture worldwide. It seeks to create an interactive space for the Art loving Public, Curators, Critics and Artists across visual and virtual boundaries.

Ash Hilton ::: eco bijoux

Jolie découverte via Haute Nature, un des mes sites préférés.
Ash Hilton et ses bijoux en argent. Si Mr green veut me faire un cadeau...




Sur le site de la galerie néo-zélandaise Gallerie 33

mardi 23 octobre 2007

La 11eme existrans parisienne::: film de karin pelgrims

Via latelelibre

La 11ème Existrans parisienne. Manif des Trans et Intersexes: “nous ne sommes pas des malades mentaux!”

Pour la première fois, dans une volonté d’action commune européenne, les Trans et les Intersexes, organisaient début octobre deux marches, l’une à Paris et l’autre à Barcelone. Les revendications des deux marches portant en premier lieu sur la dépsychiatrisation.




Les transsexuels (elles) et les Intersexes, sont à un moment critique dans l’évolution de leur statut au sein des dispositifs de santé.

- L’HAS, Haute Autorité de Santé, travaille ce deuxième semestre 2007 sur la « situation de prise en charge du transsexualisme en France et les perspectives d’évolution ».

- Le DSM4 et la CIM10, nomenclatures psychiatriques internationales, classent toujours les identités Trans dans la liste des maladies mentales. Or, le DSM5 et la CIM11 qui vont les remplacer sont en cours d’élaboration depuis 2006.

- Les Intersexes sont pathologisés par la nouvelle nomenclature de Disorder of Sexe Development (DSD) adoptée par les médecins.


Récemment, plusieurs pays européens ont légiféré sur les questions Trans, mais sans pour autant sortir de la psychiatrisation ; de même plusieurs pays européens ont cessé les assignations hormono-chirurgicales sur les enfants Intersexes tout en pathologisant ceux-ci par la nomenclature DSD.


Le manifestants réclament une nouvelle législation en France souhaitent que leurs revendications soient prises en comptes.

- le retrait de leur identité de la liste des maladies mentales, comme pour les homosexuels en 1992

- La dissolution des équipes médicales « officielles » et l’abolition des protocoles de soin

- La prise en charge par la sécurité sociale des traitements hormonaux et/ou chirurgicaux et ce dans les meilleurs conditions possibles, qu’ils aient lieu en France ou à l’étranger.


Lors de cette11ème Existrans, on a compté 400 personnes, la communauté homosexuelle était peu représentée.
D’autres revendications étaient aussi à l’ordre du jour…

Jardin Bio & Terre d'Abeilles lancent un appel au Président de la République

Communiqué de presse ::: Le 23 octobre 07 ::: campagne nationale

Grenelle de l'Environnement
Jardin Bio & Terre d'Abeilles lancent un appel au Président de la République

"Si les abeilles devaient disparaître, l'humanité n'aurait plus que quelques années à vivre"
Albert Einstein

 Monsieur le Président, êtes-vous visionnaire ?

Partout dans le monde, les abeilles disparaissent en masse. Ce bouleversement sans précédent entraîne une dangereuse altération de la biodiversité, qui s'oppose fondamentalement à toute notion de développement durable.
Dans quel monde vivront nos enfants ?



www.sos-abeilles.com
Crédit Photo: Getty images

Nous dénonçons les principaux responsables de ce dangereux déclin :

L'absence de rigueur dans l'évaluation des pesticides, dans leur autorisation de mise sur le marché, et dans leur utilisation.
 
L'absence d'études d'impact des effets cumulés des pollutions chimiques sur les insectes pollinisateurs.

L'absence d'études d'impact des OGM permettant d'en démontrer leur éventuelle innocuité sur les insectes pollinisateurs, sur l'environnement et sur la santé humaine.

L'abeille, vecteur de pollinisation indispensable à la biodiversité, porte l'avenir alimentaire de toute l'humanité.

En effet, plus de 80% des espèces végétales mondiales et les trois quarts des plantes cultivées par l'homme dépendent des insectes pollinisateurs; la plupart des cultures maraîchères concernées fournissent 35% de la production mondiale de nourriture.

La disparition des abeilles équivaudrait à un bouleversement sans précédent dans l'histoire de l'humanité.
Une telle modification de la biodiversité met en danger la diversité alimentaire vitale. Ce dérèglement en profondeur des écosystèmes anéantit toute perspective pour les générations futures.

A la tribune de l'ONU, vous avez fermement appelé à "un New Deal écologique et économique".
A l'heure où le Grenelle de l'Environnement prépare son plan d'action, une occasion unique vous est donnée de prendre les décisions urgentes qui s'imposent et d'éviter une catastrophe écologique et économique annoncée !

C'est aujourd'hui qu'il faut agir !
Demain, il sera trop tard.
Vous êtes un Président responsable et visionnaire.
Entendez la demande de l'immense majorité des français qui souhaite une agriculture respectueuse du vivant, sans OGM, sans pesticides systémiques, une agriculture Française exemplaire, rayonnante de vitalité et de promesses de santé.

Nos préconisations immédiates :
Le retrait définitif de tous les pesticides neurotoxiques et systémiques.
La non-homologation de pesticides sans évaluation pertinente de leur toxicité.
L'arrêt des expérimentations et des autorisations d'OGM en plein champ.
L'intégration de spécialistes de l'abeille au sein des comités d'expertise chargés de l'évaluation des OGM et des pesticides.
Le développement soutenu de l'agriculture biologique et de l'apiculture.
L'application de la protection de la biodiversité dans la politique agricole.

------------------------------------------------------------------------
Pour plus d'informations

sos-abeilles.com :lancement du nouveau site d'information et de sensibilisation
Réunion Publique à La Rochelle  le mercredi 24 Octobre
Jardin Bio et Terre d'Abeilles vous donnent rendez-vous place de l'Hôtel de Ville de La Rochelle à 10h30
------------------------------------------------------------------------
A propos de Jardin Bio
Marque du groupe Léa Nature, Jardin Bio repose sur la conviction que les produits bio permettent de préserver la santé de la planète mais aussi celle des hommes. Créé en 1995, le groupe Léa Nature, propose des produits bio originaux respectueux de l'environnement et compétitifs. Léa Nature, avec ses marque bio, adhère au club 1% pour la planète et soutient les actions de l'Association Terre d'Abeilles.
www.sos-abeilles.com et www.jardinbio.fr

A propos de Terre d’Abeilles
Fondée en 2002 par Béatrice Robrolle-Mary, cette association loi 1901, déclarée d'intérêt général et parrainée par l'Institut Européen d'Ecologie, a pour mission la protection des abeilles et autre insectes pollinisateurs. Véritable relais d'information vers les consommateurs, les pouvoirs publics et les politiques, Terre d'Abeilles souhaite sensibiliser le plus grand nombre sur le déclin avéré de ces insectes utiles, afin de préserver notre environnement vital, aujourd'hui et pour les générations futures.
www.sos-abeilles.com  et www.sauvonslesabeilles.com
------------------------------------------------------------------------
Contact Presse
Agence RendezVous RP
Stéphanie Gentilhomme
ou Céline Peyrard
Tel : 0033(0)1 48 01 93 87
E-mail : stephaniegentilhomme@rendezvous-rp.com
E-mail : celinepeyrard@rendezvous-rp.com

Groupe LEA NATURE
Jardin Bio
Mireille Lizot
Tél : 0033(0)5 46 52 02 96
Fax : 0033(0)5 46 34 32 34
E-mail : contact@institut-vital.fr

Terre d'Abeilles
Béatrice Robrolle-Mary
La maison des abeilles
Parc naturel régional de la Brenne 
Tel : 0033(0)2 54 34 71 55
Fax : 0033(0)6 11 48 74 03
E-mail : terredabeilles@sauvonslesabeilles.com

Y-dress? ::: habit-outil modulable

Si depuis le 10 juin, la Belgique n'a toujours pas de gouvernement, elle a grâce au ciel toujours d'excellents stylistes.


2007-2008, l'habit-outil-sexy modulable Y-dress? prend les allures d’une femme vive, épanouie et capiteuse, dont la silhouette, claire comme une épure, est révélée cette année par le photographe Bertrand Sottiaux.

Aleksandra Paszkowska dessine ses collections avec une calme conviction, en s’amusant.
Elle reformule ses jeunes silhouettes futées, simplissimes et fonctionnelles,
en faisant la part belle à l'aisance d'une femme essentielle, pétillante.



Chaque vêtement Y-dress? dit ce qu'il est avec délicatesse.

Son élégance est une expression de l'intelligence .... la féminité c’est de l’autonomie.
Et la formule se déploie en une ligne dont le concept originel s’étoffe au fil du temps.

Urbanité, indépendance, séduction, jeu.
Les vêtements se métamorphosent selon les nécessités, au gré d'une infinité de combinaisons de rajoutes, torsions, réversions ...


Un habit Y-dress? a plusieurs utilisations et autant de faces.
Certains patrons multi-fonctionnent comme des acrobates.
Les tissus enrobent les corps, protecteurs et suggestifs par-ci, soyeux et mutins par là.
Chaleur, convivialité, douceur, retenue et mystère.
Des fils écossais pour des jupes intemporelles, de la soie noire-radicale pour des robes gigognes,
des vestes rembourrées recto-verso, des pulls-nuages aux mailles légères…
les robes roulent des mécaniques avec leurs multiples emmanchements
et des gilets sont rétrécis à l'état de protège-bras glamourissimes.



S'habiller? Si c'est facile, pratique, intelligent, drôle, astucieux, séducteur et confortable.

En savoir plus?

Pour la presse c'est par LI

et sinon c'est par

addiction ::: stop






Dites NON à la drogue

Marcia de Carvalho ::: dans le Marais

De ses orgines brésiliennes, Màrcia a gardé dans la voix le soleil et le rythme nonchalant de la Bossa qu’elle interprète à merveille. Et dans les yeux, la braise d’où vient le nom de son pays-carnaval : Brasil . Quand, à la fin des années 80, elle choisit Paris pour port d’attache, elle aura la chance de rencontrer Popi Moreni - la fantasque -, qui lui apprendra tout du métier.
Douée pour la couleur, elle créée des collections de maille où la dentelle joue le contre-point. Le double-jeu est sa spécialité, ses pièces de formes fluides se drapent, se nouent et jouent les transformations. Une garde-robe sensuelle et malicieuse où une jupe devient robe, un manteau devient veste.

Pionnière de la Rue des Gardes (75018), une opération soutenue par la Mairie de Paris et la Fédération du prêt-à-Porter féminin, elle ouvre aujourd’hui sa deuxième boutique à Paris, dans le quartier de Saint-Paul.
Une boutique qui lui ressemble et dans laquelle elle veut qu’on se sente bien. Les couleurs des murs, elle les a choisies dans des tableaux de Raphaël et Véronèse, bleu ciel très pâle et orange doux. Les couleurs de la Renaissance. Pour la Bonne Chance, elle a aussi déniché des gris-gris du monde accrochés autour de la cabine d’essayage.

Sur les murs, des photos et des tableaux.
Partenaire de la galerie itinérante "Art Border Line" à Londres (qui promeut l’art non occidental des diasporas), Marcia présentera régulièrement le travail d’artistes non européens inédits à Paris.

Du 25 octobre au 18 novembre, elle initie cette série d’expositions par le travail de l’artiste Anita Mitra qui vit en Inde où elle enseigne aussi l’histoire de l’Art. Elle fait renaître la tradition du Khanta, un travail de recyclage et de broderies sur saris recyclés qui met en scène des images naïves selon la technique du patchwork.


Un engagement citoyen
Tisser des liens c’est son credo. Du Brésil encore, elle ramène une collection de pièces réalisées pour elle par des femmes de pêcheurs du Nord-Este, la région la plus pauvre du Brésil.
Une ligne très colorée développée selon les techniques traditionnelles de fabrication des filets de pêche. Depuis plusieurs années, cette collaboration permet à ces femmes de rester dans leur village au lieu de s'exiler dans les métropoles où les attend une existence misérable (favelas, prostitution, drogue, maladie, malnutrition). Elle permet aussi d’assurer aux enfants la nourriture et l’éducation.
Elle fait réaliser ses accessoires de maille (écharpes, bonnets, gants) tricotés main par des artisanes françaises qui travaillent à domicile. Et toute la collection est réalisée dans sa boutique-atelier de la rue des Gardes. Un projet d’insertion par la couture est en marche avec une création d’atelier d’apprentissage dans le quartier de la Goutte-d’Or.
Une façon de s’engager pour un développement durable Nord-Sud mais aussi Nord-Nord,

Les plus de la boutique:

Ouverte le dimanche, la boutique de la rue du Roi de Sicile reprendra le concept des samedis de Filles, initiés Rue des gardes. Des journées de plaisir organisées autour d’ateliers de relooking, de massages, de découvertes culinaires et de musique live.
Marcia de Carvalho propose aussi une service de couture sur-mesure pour tenues d’exception (mariages, soirées, cortèges).




une collection hyper féminine, pièces transformables, petits pull sexy, pantalons larges, accessoires
Mailles mousseuses, alpaga, laine vierge, lurex noir, associations dentelles


Must-have: Manteau boule tricoté en alpaga style années 30 (250 €) avec les gants longs de la saison (45 € > noir ou ivoire)
Best seller : Robe manteau transformable jersey flanelle 120€ (10 façons de la porter)
Pull lurex double col V avec noeuds en satin 115 € + short 85 €
2 jeans made in Brasil (un slim et un XL) 115 €
Accessoires tricotés main
Mitaines à partir de 18 €
Écharpes maille ou dentelles 45€
Bérets à partir de 35 €

Marcia de Carvalho
2 bis rue du roi de Sicile
75004 Paris
Vélib' & M° Saint Paul
01 48 04 95 65
Du lundi au samedi 11h à 20 h
Dimanche 13 h à 20h

dimanche 21 octobre 2007

Brian Chan ::: origamis



Nous les chats sommes de grands passionnés d'origami, ces petites sculptures fragiles et parfois si complexes. Jolis insectes intrigants et parfaits pour jouer... A réaliser en papier recyclé, bien sûr !



Un des maîtres en la matière est américain et s'appelle Brian Chan. Sa passion de l'origami lui vient de l'école primaire. Diplômé de Cambridge, passionné d'ingénierie et de mécanique, il rencontre Robert Lang un as de l'origami en 2004.
Brian est conquis par cet art qui lui permet d'explorer la géométrie, son domaine mathématique préféré. Il travaille encore et encore et participe à quelques compétitions.



La qualité de ses créations lui permettent aujourd'hui de communiquer avec les meilleurs plieurs de papier au monde. Ce qu'il apprécie par dessus tout, c'est l'ambiance chaleureuse et la bonne entente qui règne dans le monde de l'origami.

Ici 50 pliages de Brian, via : L'internaute

mercredi 17 octobre 2007

Neige noire ::: de la suie dans la banquise

Si l’Arctique fond à vue d’œil, c’est en partie parce que la glace et la neige n’ont plus leur blancheur virginale d’antan!

Les scientifiques ont mesuré, dans des carottes de glace, des concentrations de suie particulièrement élevées à partir de 1850. Et c’est entre 1906 et 1910, alors que les usines nord-américaines tournaient à plein régime, que les dépôts de suie ont été les plus importants; huit fois supérieurs à ce qu’ils étaient avant la révolution industrielle. Or, plus la glace est sombre, moins son pouvoir réfléchissant est grand (le fameux albédo). Résultat, elle absorbe davantage les rayons du Soleil et fond plus vite.

En se basant sur des modèles climatiques, l’équipe de Richard B. Alley, du département des sciences géophysiques de l’université de Pennsylvanie, a réussi à établir que cette pollution provenait des États-Unis et du Canada. La combustion du charbon n’est pas seule en cause. Les feux de forêt aussi envoient des dépôts de suie en Arctique, comme ont pu le constater les auteurs de l’étude en mesurant dans la glace les taux d’acide vanillique, typique de ce genre d’incendie.


Le 4 octobre 2007 — via Cyber Press (Canada)

mardi 16 octobre 2007

téléphonie portable ::: 12 bons réflexes contre le danger

Je sais, ça ne va pas vous plaire. Les geeks même verts vont hurler... Mais je suis tombée sur ça et vraiment je me dois de faire circuler.
Les dangers du téléphone portable on en parle depuis longtemps. A l'heure où Greenpeace fustige le nouveau joujou d'Apple, vidéo à l'appui, voici les conseils du RIIREM: Centre de Recherche et d’Information Indépendantes sur les Rayonnements Electromagnétiques. Très sérieux: A la fois laboratoire de recherche et centre de documentation, l'action de l' association porte sur les effets des ondes électromagnétiques sur le vivant.

Extrait: "Tendance "lourde" ou tendance "courte" ?

L'étude, menée entre Lyon et Paris auprès 800 personnes, dont 350 hommes ou femmes agées de 30 à 59 ans lorsqu'on a découvert leur tumeurs cérébrales entre février 2001 et août 2003, livre un autre indice. Plus inquiétant. Selon ces chiffres, les tumeurs du cerveau liées à l'utilisation d'un téléphone mobile pourraient se développer beaucoup plus rapidement que prévues. Les données combinées de cinq pays - Danemark, Finlande, Norvège, Suède, Grande-Bretagne - parmi les 13 concernées par l'étude Interphone ont relevé un temps de latence de 10 ans avant l'apparition de gliome ou de neurinome acoustique. Même si quelques travaux suggèrent un période plus courte.
L'étude française, avec une tendance au risque accru au-delà de 4 ans d'utilisation d'un téléphone mobile et seulement 4 usagers de plus de 10 ans parmi les 350 malades suivis, corrobore cette hypothèse "courte". Prudents, les auteurs de Interphone France concluent : "Nos résultats, suggérant la possibilité d'un risque accru au sein des plus gros utilisateurs, doivent encore être vérifié dans les analyse de l'étude internationale Interphone." Des résultats attendus depuis 2003."

Téléphonie mobile ::: 12 bons réflexes à adopter pour limiter son exposition

1. Pas de téléphone mobile pour les moins de 15 ans. La croissance de leur organisme en développement les rend particulièrement vulnérables à tous les rayonnements électromagnétiques, ceux des mobiles inclus. Et plus l'exposition est
précoce, plus les doses de rayonnement accumulées sont importantes. L'accès à un téléphone mobile doit être exceptionnel, en cas d'urgence par exemple.

2. Il est officiellement recommandé de ne jamais approcher un téléphone mobile en fonctionnement du ventre d’une femme enceinte (l’eau du placenta et les cellules de l'embryon sont très sensibles à l'énergie dégagée par le portable) ou à
moins de 20 cm de tout implant métallique, cardiaque ou autre, afin de limiter le risque d’interférence électromagnétique.

3. Choisir et utiliser un téléphone mobile dont la valeur de DAS est la plus basse possible, de préférence toujours inférieure à 0,7 W/kg (cf. Top Das).

4. Ne pas porter son téléphone à hauteur ou contre son coeur, l'aisselle ou la hanche, près des parties génitales. Tenir l'antenne du téléphone le plus éloigné possible de soi. Même lors de l'envoi d'un SMS.

5. Toujours utiliser le kit piéton livré avec votre téléphone afin d’éloigner l'appareil de votre oreille (et de votre cerveau) le temps de la conversation. Préférer toujours l'oreillette « filaire » à tout autre gadget sans fil.

6. Limiter le nombre et la durée de vos appels. Pas plus de 5 ou 6 appels par jour par exemple, ni plus de 2 ou 3 minutes pour chacun. Respecter un temps moyen de 1h30 entre chaque appel.

7. Ne téléphoner que dans des conditions de réception maximum : dès que votre écran affiche les "4 barrettes" de réseau, pas moins. Pour chaque barre manquante, le rayonnement émis par le portable pour se connecter est multiplié par 2.

8. Ne pas téléphoner en vous déplaçant, ni en train, ni en voiture, ni en bus, ni à cheval, ni à roller.

9. Ne pas téléphoner en voiture, même à l'arrêt, ou dans tout autre infrastructure métallique. Un effet dit de "cage de Faraday" emprisonne et répercute les ondes émises par le portable, le rayonnement subi est alors maximum au centre de la
"cage". Dans une voiture, cela se situe à la hauteur de votre tête.

10. Eloigner le mobile de vous et le maintenir à la verticale le temps de joindre votre correspondant et tant que la première sonnerie n'a pas retenti. Souvent un bip ou un signal visuel vous indique que vous êtes en connexion avec le numéro appelé.
téléphone. S'éloigner permet d’éviter leur exposition passive.

12. La nuit, ne jamais conserver un téléphone mobile allumé ou en recharge à moins de 50 cm de votre tête. Toujours l'éteindre pour limiter son rayonnement et celui de l'antenne relais avec laquelle il communique (riverains exposés 24h/24).

Pour en savoir plus : le blog du RiiMEM

contact@criirem.org – tél : 02 43 21 18 69 – www.criirem.org

lundi 15 octobre 2007

Happy blog action day ::: le Facteur Cheval de la Porte Maillot

Nous les chats on parle d'environnement tous les jours.
Alors pour le Blog action day on va parler de ce qui se passe sous les ponts de Paris....
A 21h 06 déjà 15 861 blogs pour 12,697,713 lecteurs.

A Paris, Porte Maillot, du périphérique on aperçoit un musée à ciel ouvert. Ici, un artiste du recyclage redonne vie à des objets jetés.



"Quel est le point commun entre ce Rambo en combinaison de ski, ce tertre agrémenté de balles de golf et autres violons en pain d’épices et ce tronc d’arbre verni planté de CD’s ? Ils ont tous été disposés par les soins de Diego, le SDF qui vit là depuis plus de dix ans. Par le passé, Diego n’a pas toujours été ce pacifiste qui veut, grâce à ce qu’il fait, « redonner le sourire aux gens ». Il volait des objets d’art, ce qui l’a conduit en prison, puis à la mendicité. " (Elena Volochine)

Lire la suite de l'article particulièrement bien écrit par Eléna Volochine, sur Paris-evous

Ethical Fashion Show ::: Paris - October 11 to 14

photo : ©Laure Maud pour Green is beautiful

Voilà, c'est fini, c'était bien. Très bien même.
Je vous montre ?

Miss Bilum et miss Zaza (Factory)


Extraits choisis. Je reparlerai de chacun ultérieurement.












Revue de presse:
Commerce équitable et grande distrib' sur Rue89

cityzencats TV - environnement, recyclage, nature, chats

Loading...