mardi 1 avril 2014

EELV ne participera pas au gouvernement de Valls

Communiqué d'EELV : Déclaration d’EELV

Les écologistes prennent acte de la volonté du Président de la République de tirer les leçons du scrutin municipal. Ils notent notamment que le Président de la République a annoncé la sortie de la dépendance de notre pays au pétrole et au tout nucléaire.

Toutefois, à ce stade, nous ne pouvons qu’espérer un véritable changement de cap. La non remise en cause des orientations budgétaires ne nous semble pas de nature à permettre cette transition énergétique de grande ampleur que nous appelons de nos voeux.

Les écologistes soutiendront sans faille le gouvernement à chaque fois qu’il s’engagera sur le chemin du progrès et de l’écologie, mais s’opposeront aux renoncements et quand l’écologie ne sera pas au rendez-vous.

Malgré les propositions faites par Manuel Valls, les conditions en l’état ne sont pas réunies pour qu’Europe Ecologie Les Verts participe au gouvernement. Nous serons des partenaires vigilants et présents pour que cette transition s’incarne dans des mesures d’ampleur.

Emmanuelle Cosse, Secrétaire nationale d’EELV et le Bureau exécutif

lundi 10 mars 2014

Mariage pour tous et Agenda 21: A Crest (Drôme), le maire met-il sa ville hors-la-loi ?


A Crest (Drôme), l’Agenda 21* veille sur le mariage. Un peu trop zélé, Hervé Mariton, maire sortant en place depuis 19 ans ?

*Pour rappel, la mission d’un Agenda 21 est un ensemble de recommandations concrètes pour le 21ème siècle, décliné du concept de développement durable, et qui repose sur 3 piliers fondateurs : l’action économique, le développement social et la gestion économe des ressources naturelles.

La ville de Crest a choisi de développer des actions pour la famille durable « dans le cadre de l’Agenda 21 pour le développement durable. »
Au Conseil Municipal du 16 novembre 2012, Hervé Mariton a ainsi déposé une motion contre le mariage de même sexe : une horrible dérive contre laquelle le bon maire de Crest, vaillant chevalier du développement durable, combattra jusqu’au bout.

 "La ville de Crest a choisi de développer des actions pour la famille durable, comme la préparation au mariage civil, prévue dans l’Agenda 21 pour le développement durable, déclare donc Hervé Mariton. " Le projet de loi sur le mariage et l’adoption pour les couples de même sexe paraît de nature à affaiblir les liens de filiation, à fragiliser l'institution du mariage et la famille. L'évolution du mariage est donc bien un sujet du ressort des affaires de la commune", martèle-t-il. 

Mise au vote, la motion contre le mariage de personnes de même sexe a donc été adoptée par 18 votes sur 26 suffrages exprimés.

 Ainsi, le Conseil municipal se prononce contre le projet de mariage de personnes de même sexe. M. le Maire, rapporteur du dossier, ajoute :  "dans les faits, avec la procréation médicale assistée (PMA) ou la gestation pour autrui (GPA), on se trouve - par construction - face à des familles à 3, voir 4 parents. Au fil des reconstructions familiales, ces enfants peuvent se retrouver avec encore plus de parents". 

Peu de temps après, un graffiti est apparu sur le mur de la permanence de Monsieur Mariton.

« Mieux vaut une paire de mères qu’un maire de
merde ».

Le calembour n’a pas fait rire les crestois longtemps... Promptement effacé, il a néanmoins montré qu’il y a à Crest au moins une personne que la perspective de parents multiples effraie moins que les gesticulations d’un bouffon.

lundi 11 novembre 2013

La guerre ordinaire






Je suis fière de vous présenter mon arrière grand-père alsacien, Albert Schaeffer, engagé "mal
gré lui" sur le Front de l'Est en 1915. Photo prise peu avant son départ en compagnie de sa femme Caroline et de ses enfants Suzanne - ma grand-mère, 4 ans et Maurice, 2 ans. Albert, dit Papepa, sera fait prisonnier à Vilnus, après avoir été enterré vivant par erreur dans une fosse commune, puis sauvé par un infirmier in extremis. Au retour des prisonniers, pas de Papepa. Mon arrière grand-mère, pétroleuse de son état, et modiste-couturière pour la famille de Turckheim, remua ciel et terre, pour finir par le découvrir dans un asile psychiatrique de la région de Strasbourg. Rentré à la maison, Albert reprendra son métier d'ouvrier tanneur, avant de s'engager dans les luttes de 36 (durant lesquelles il séquestra son patron pendant 48H). A Barr. 



Les chats ne font pas des chiens.
Les Alsaciens ont été "réintégrés" Français en 1920 !

mercredi 6 novembre 2013

Weleda primé aux Sustainable Beauty Awards

Le 21 octobre dernier s'est tenue à Paris la cérémonie de remise des Sustainable Beauty Awards, organisée par le cabinet d'études Organic Monitor, spécialiste de l'industrie cosmétique biologique. Un événement qui, dans le cadre de l'édition européenne du Sustainable Cosmetics Summit, visait à mettre en avant des acteurs de l'industrie cosmétique pour leur action exemplaire en matière de développement durable.

Une première dans ce domaine, qui a rencontré un vif succès puisque plus d'une centaine de dossiers d'inscriptions ont été évalués par Organic Monitor. Après une rigoureuse sélection, le Groupe Weleda s'est vu retenu sur la liste des finalistes dans la catégorie « Sustainability Leadership » aux côtés de deux autres acteurs: Firmenisch et les Laboratoires Expanscience.

C'est finalement le Groupe Weleda qui s'est imposé dans sa catégorie en remportant le premier prix du « Sustainability Leadership » grâce à son modèle de création de valeur et à son engagement depuis 1921 dans des projets d'approvisionnements durables. Une belle récompense pour Weleda à l'échelle internationale !

Pour plus d'informations sur l'événement www.sustainablebeautyawards.com

vendredi 1 novembre 2013

Laurie Anderson & Lou Reed Interviewed by Charlie Rose (2003) -




Lou Reed - Street Hassle (complete music video)

video about this amazing rock opera written in 1978 by the best living rock songwriter, the NYC man Lou Reed. The song is divided into three parts (Walzing Matilda, Street Hassle, Slip Away), which have all the same music structure that meets first the orchestra, then acoustic guitars and rock bass guitars, and at the end the prayer of a penitent man, made of tears..
"Love has gone away
and there's no one here now
And there's nothing left to say
but oh how I miss him, baby
Ah baby, come on and slip away
come on baby, why don't you slip away.."
the Lou's masterpiece.

via jimmycogliandro on Youtube


mardi 15 octobre 2013

En remontant la rue Vilin (1992)

Classée en 1863, cette petite rue de Ménilmontant est déclarée insalubre et détruite 100 ans plus tard. L'écrivain Georges Perec y a vécu enfant. À partir de ses écrits et de clichés pris par de grands photographes, Robert Bober fait revivre cette rue.

lundi 14 octobre 2013

1er Prix des Femmes Marjolaine: appel à candidature ouvert jusqu’au 25 octobre



Vous êtes agricultrice, viticultrice, restauratrice, blogueuse culinaire, fondatrice d'association, chef d'entreprise... impliquées dans la bio, l'alimentation saine et/ou végétarienne, la solidarité... Cette info est pour vous !

Cette année, Marjolaine crée l'événement en organisant la première édition du Prix des Femmes Marjolaine. Ce prix a pour but de récompenser des femmes menant des actions exemplaires (sous forme associative, entrepreneuriale, philanthropique ou coopérative) dans les domaines de l’agriculture et de l’alimentation écologiques et solidaires, en France et dans les pays en développement. Ouvert à toutes les femmes (et leurs structures), il récompensera des démarches particulièrement innovantes, efficaces et reproductibles dans 4 catégories : agricole, culinaire, solidarité et solidarité internationale. Le Jury décernera 4 prix, un par catégorie. Le prix des visiteurs du Salon Marjolaine et Le prix des exposants du Salon Marjolaine
 complèteront ce 1er palmarès. 
Parmi les dotations La possibilité pour chaque lauréate d’organiser une conférence "Up Café" au tout nouveau Café Monde et Médias de la place de la république (Groupe SOS) afin de mieux faire connaître leurs initiatives ; et des produits beauté/bien-être bio signés Nature & Découvertes...
Parmi les membres du jury : Marketa Braine-Supkova, présidente d’IUFN (International Urban Food Network) ; Xavier Denamur, restaurateur, fondateur des Vrais états généraux de la restauration, à l¹origine du documentaire La République de la malbouffe ; Philippe Desbrosses, docteur en sciences de l¹environnement, pionnier de l¹agriculture biologique et ancien président de la Commission nationale du Label AB ; Cyril Dion, co-fondateur du Mouvement Colibris et directeur de la rédaction du magazine Kaizen ; Gilles Fumey, professeur de géographie alimentaire à Paris IV Sorbonne ; Anne-Sophie Novel, journaliste, auteur des Locavores et de la Vie Share ; Céline Peudenier, directrice générale du pôle Commerce & Services du groupe SOS Henri Rouillé d¹Orfeuil, administrateur de la Fondation Nicolas Hulot, chargé de mission interministérielle pour la préparation de l¹année internationale 2014 de l¹agriculture familiale...
Appel à candidature ouvert jusqu’au 25 octobre  : http://www.salon-marjolaine.com/programme-des-conferences/prix-des-femmes-marjolaine
Remise des prix à l'ouverture du salon : le samedi 9 novembre lors d'une journée consacrée
Salon Marjolaine: 9 au 17 novembre / Parc Floral de Paris)

Focus sur les plantes sauvages de nos régions et Village Demeter Franco-Italien 

Les plantes sauvages de nos régions, fil conducteur des animations, source d’informations et de formations
Pour la 1ère fois Marjolaine décline un thème dans tous les secteurs du salon.

Un pavillon est entièrement consacré à l’information et la formation avec l’AHR (Association pour le Renouveau de l’Herboristerie) qui dispense des formations professionnelles et organise des stages grand public ; Aspro PNPP (Association pour la promotion des préparations naturelles peu préoccupantes) qui milite pour la reconnaissances des alternatives aux pesticides ; l’IRABE (Institut de Recherche en Agriculture Biologique pour l’Europe) à la fois centre d’enseignement et ferme expérimentale ; le Syndicat des SIMPLES qui regroupe une centaine de producteurs-cueilleurs de plantes médicinales aromatiques, alimentaires, cosmétiques et tinctoriales, installés en zone de montagne ou dans des zones préservées ; le témoignage de membres de l’Association Les pionniers de l’agriculture bio, des rencontres au Café Ecolo de Nature & Progrès et un condensé de l’exposition « Jardins de trottoir, la biodiversité dans la ville un autre regard sur les plantes sauvages » réalisée par Moutsie Claisse, ethnobotaniste et Laurent Cerciat, artiste peintre.
2 Randonnées « Salades hivernales » dans le bois de Vincennes avec Moutsie Claisse, également présidente de Nature & Progrès 11 (Aude). Objectif : découvrir et identifier les jeunes feuilles qui pointent leur nez et seront disponibles tout l’hiver pour agrémenter nos salades. Dimanche 10 novembre et lundi 11 novembre à 14h00. Inscription sur place.
Des ateliers pratiques (les 2 week-ends) ou pédagogiques (en semaine). Extraction d’une alcoolature de lavande officinale sauvage à l’aide d’un pressoir (Le Gattilier) ; Législation et méthodes de récolte des plantes sauvages pour le particulier (Comptoir de l’Herboristerie) ; Usage des plantes sauvages pour soigner jardin et potager (Mouvement pour l’Agriculture bio-dynamique) ; cours de cuisine sauvage et dégustations, tests olfactifs (Dounia Silem, Nature & Progrès)…

Village DEMETER Franco-Italien 
Encore une première : 90 m2 d’exposition pour une exploration gustative rare
Demeter est la marque de certification des produits issus de l’agriculture bio-dynamique. Ce type d'agriculture qui intègre les différents aspects de l’agriculture biologique s’appuie sur le recyclage de la matière organique de l’exploitation (fumier, lisier, déchets..) et sa transformation par le compostage ainsi que sur l’utilisation de préparations à base de plantes médicinales L’agriculture bio-dynamique est une agriculture garantissant la santé du sol et des plantes pour procurer une alimentation saine aux animaux et aux hommes. 
Basée sur un profonde compréhension des lois du « vivant », elle accorde une grande importance aux rythmes de la nature et à l’influence des astres, particulièrement des cycles lunaires. A déguster et à adopter : fromages, vins, charcuteries, huiles d’olives, produits d’épicerie fine... quasi introuvables dans les circuits classiques !

Marjolaine, c’est aussi :
Un cycle de 30 conférences et ciné-conférences sur les enjeux environnementaux et sociétaux qui pointent du doigt les dérives mais aussi les solutions qui marchent au niveau individuel comme collectif. 550 exposants, agriculteurs, artisans, entreprises et créateurs engagés : l’occasion de savoir par qui et comment c’est fait... Pour un shopping  responsable et solidaire et pourquoi pas un Noël tout bio et écolo qui en épatera plus d’un. Le Café Ecolo de Nature & Progrès qui propose des rencontres conviviales avec des producteurs, des artisans, des associations, des écrivains… Tous y partagent leurs savoir-faire au travers d’ateliers pratiques, ludiques et informatifs. 

9-17 novembre 2013, Parc Floral de Paris, 75012 / 10h30 - 19h, nocturne 21h le vendredi 15
Entrée : 8 € - 6 € (chômeurs, rsistes, handicapés, étudiants et par inscription sur le site du salon) - gratuite pour les moins de 12 ans

mardi 8 octobre 2013

Formento & Formento sort son premier livre de photos dédié aux victimes féminines de la crise des subprime au Etats-Unis.


Le couple de photographes Formento & Formento sort son premier livre de photos dédié aux victimes féminines de la crise des subprime au Etats-Unis.
En 2009, alors que les États-Unis subissent de plein fouet la crise des subprimes, le couple de photographes américains s’embarque pour une traversée du pays. Avec un budget minime, ils se rendent dans 25 états pour y photographier 50 femmes sur une période de cinq mois. Si les mises en scène sont sophistiquées, inspirées par la mode et le cinéma des années 50 et 60, les histoires sont bien réelles. 
Formento & Formento photographient le désespoir de celles qui, anonymes ou mannequins professionnels, ont tout perdu à cause de la crise.

Édité  et vendu en exclusivité par YellowKorner editions, les clichés de cette épopée sont publiés à 2 000 exemplaires, numérotés et signés par les artistes.

Ci-dessous le lien de la video du making-Off :

mercredi 2 octobre 2013

Concours Photo AFD Terre de femmes: les résultats en image

En 2013, l’AFD a remis la femme au centre des questions majeures de développement et lancé un défi artistique aux participants en leur proposant de montrer le rôle de lde la femme dans un environnement en plein développement, en un ou plusieurs clichés. Après 2 mois de concours, voici les résultats du concours photo Objectif Développement organisé par l'AFD.

Grand Prix du jury



1er prix: "Contrôle qualité développé" (Gia-Dinh To)



2ème Prix: "Metallica" (Reza Golchin)


3ème Prix: "Employée de Carrière, Nord Cameroun" (François Michelet)


samedi 8 juin 2013

LINcroyable Récolte de la Fibre de lin européen en 6 minutes chrono: de la graine aux nouveaux débouchés


Le lin n'est pas une fibre exotique. Avec plus de 65% de sa production en France et 80 % en Europe, elle est bel et bien locale. Et demande des savoir-faire non délocalisables pour sa culture. Des savoir-faire qui se transmettent de la main à la main dans des entreprises toujours patrimoniales.
La Confédération Européenne du lin et du chanvre balaie les idées reçues et dévoile un LIN, fibre de civilisation résolument tourné vers un futur radieux. D'innovations textiles (lin lavé, maille de lin, lin outdoor anti moisissures, lin non feu...) en réalisations techniques surprenantes (un zodiac, un char à voile, un casque VTT, un trimaran, une paire de ski, des planches de surf), le lin est un super héros de lère post carbone.
Alain Camilleri, porte parole du lin vous entraine dans sa découverte en 6 minutes 35 chrono!


LINcroyable RécolteUne exposition CELC du 4 au 9 juin 2013 - Paris Palais Royal



mercredi 5 juin 2013

Istanbul : "La terre tremble"


LA FORCE DEMESUREE N’EST PAS UNE FORCE
Depuis quelques jours, nous mettons nos vies en danger et ce peut être même pour la premiere fois depuis le coup d’Etat du 12 septembre 1980. Nous avons reussi à dépasser les limites de nos peurs et nous avons osé remettre en question les ressources du totalitarisme, nous avons voulu nous faire entendre via internet et les réseaux sociaux, notre seul objectif est d’avoir voulu nous mettre à nu et partager la seule réalité à laquelle nous sommes confrontés…
Nous sommes le 31 Mai 2013. Pendant toute la semaine, nous nous sommes réunis après les heures de bureau au Parc Gezi. Ici, nous défendons notre parc et nos arbres. Et malgré les inadmissibles attaques qui ont eu lieu jeudi soir, nous sommes encore là, encore plus désespérés mais aussi plus confiants : le temps de la résistance est arrivé et nous ne parlons plus que des arbres, notre objectif principal ce sont nos droits et nos libertés et notre avenir sur ces terres où nous sommes nés.
Ce vendredi la, nous nous sommes données rdv avec une amie à Osmanbey et nous nous sommes mêlées à la foule qui s’etait réunie à Harbiye. Notre but était d’aller rejoindre nos amis qui se trouvaient sur Taksim. Dans la foule, j’ai pu distinguer des étudiants, des femmes qui criaient avec une timidité qui montrait que c’était la première manifestation de leur vie, des personnes qui se pendaient depuis leurs fenêtres pour soutenir la foule et bien d’autres encore. Sans avancer véritablement, nous continuions notre protestation, c’est à ce moment précis que nous avons été attaqués par les forces de police au gaz lacrimogène. Nous étions préparé à ce type de représailles de la part des forces de l’ordre, alors, on s’est encouragés les uns les autres afin de continuer à marcher et nous avons commencé à reculer doucement.
Que s’est-il passé après ? La police a bombardé la foule de gaz jusqu’à ce que les gens ne voient plus rien, que personne n’arrive à respirer. Lorsqu’on m’a mis du jus du citron sur mon visage, je me suis apercue que mon amie n’etait plus à mes côtés, que je n’arrivais plus à voir, j’ai essayé de trouver mon chemin dans la brume. A ma gauche, à une distance d’un mètre, j’ai apercu un véhicule blindé et sans avoir le temps de me protéger j’ai été projetée par l’eau coloree rouge. L’eau était envoyée avec une pression que je ne pourrai jamais décrire, d’une violence impitoyable. Je me suis enroulée par terre, et à peine essayais-je de me relever, j’ai recu la deuxième projection d’eau. J’ai un mal de tête insupportable, je ne vois plus rien et avec l’espoir de trouver un endroit pour me réfugier, je frappe aux portes en criant “au secours”. La voix des policiers resonne derrière moi : “Les putes !”
Une fille me prend par la main et m’entraine, et par le plus grand des hasards, je retrouve mon amie égarée dans la foule, on ne peut plus respirer tellement il y a de gaz. Heureusement, un concierge nous ouvre ses portes et on descend chez lui. Je suis trempée jusqu’aux os, je ne sens plus mon côté gauche. J’ai du mal à enlever ma chemise pour la remplacer par celle de mon amie, et c’est là que je me rends compte que mon os est sorti de mon épaule, j’ai l’épaule déboitée et je sens que ce n’est pas bon signe du tout.
Suite à cette découverte surréaliste, mon amie et les gens qui se trouvent avec moi dans cet appartement sortent pour nous appeler une ambulance. Je n’en peux plus, je ne peux pas prendre le risque de marcher à pied jusqu’à l’hopital et de me faire tabasser une autre fois. J’attends en grelottant, je souffre et j’entends une voix à la porte qui crie: amenez le blessé. Je prends, donc, la route en ambulance pour aller aux urgences de Sisli Etfal.
Et ensuite? Un traumatisme cranien, un os cassé, un oeil bleu, des os qui ont été abimes et une décision à prendre, je dois me faire opérer. Pendant toute la nuit, passent des jeunes blessés qui n’entendent plus rien, qui ne voient plus rien.
Si une personne se pose encore des questions sur le comportement des forces de l’ordre, ouvrez les yeux et faites un tour aux urgences pour constater l’état dans lequel se trouvent les jeunes manifestants.
Après ce que l’on a vecu, tout parait tellement évident. Il n’y pas si longtemps de ça, 2 ans à peu près, je voulais aller commémorer la mort de Hrant Dink, toutes les personnes qui me disaient “mais non, n’y va pas c’est dangereux” sont aujourd’hui dans les rues avec leur citron à la main. Tout le monde est là, des avocats, des chefs d’entreprise, des éditeurs de mode, des informaticiens, tout le monde a appris à lutter contre les gaz par ses propres moyens et toutes les mères viennent aider la jeunesse qui defile dans la rue, c’est parce que nous sommes à bout, le pays est à bout… Nous, la génération Y, on nous disait irresponsables mais nous nous sommes réveillés, et nous avons rapidement fait face à notre peur. Nous devenons de plus en plus entrainés, chaque jour, nous avons appris à mieux nous protéger des gaz, à être plus rapidement réactifs. En une semaine, les romans despotiques sont devenus notre réalité, nous sommes des “plouques “ comme l’a dit notre President mais nous savons courir dans les rues avec nos lunettes de plongée, nous savons ramasser des déchets pour construire nos propres barricades…


Apres ces événements, la tendance de la saison sera d’avoir les yeux bleuis, la tenue la plus à la mode sera les lunettes de plongée en phosphore combinés avec des masques à gaz et la pièce la plus intemporelle sera la bouteille de vinaigre. Mon épaule s’est deboitée et pour la première fois de ma vie, je vais me faire opérer, ok pas de soucis! Nous avons vécu cette resistance dans les rues, nous avons vu l’espoir dans la rue et cela nous suffit. L’essentiel c’est que notre histoire se raconte ainsi et qu’on n’oublie pas la force demesurée qui a été commandée par notre gouvernement et a été utilisée sur nous. Comme disait Visconti “la terre tremble” et je vous assure elle tremble.

Témoignage reçu le 2 juin dans ma boîte e-mail

mardi 14 mai 2013

Saint James tricote pour la police


SAINT JAMES se réjouit de l'obtention via INEO (filiale du groupe GDF Suez) du marché des pulls pour la Police Nationale.

Ce marché public, signé pour 4 ans, est très important pour une entreprise comme SAINT JAMES, fer de lance de la maille française. C’est une formidable vitrine et la reconnaissance de son savoir-faire par les plus hautes instances administratives. C’est également une opportunité en terme de lisibilité, pour soutenir l'emploi, et se donner les moyens de préparer le développement  de SAINT JAMES sur de nouveaux marchés export qui demandent un investissement long avant les premiers retours.

Ce marché de la Police Nationale permet d'oser davantage, de maintenir la production en France, mais également, avec cette visibilité à moyen terme, d'organiser, en avance, les plans de charge et de mieux les répartir en fonction des commandes des clients traditionnels.

Luc Lesénécal, nouveau Président de la société SAINT JAMES, et ses dirigeants, confirment leur attachement à leurs outils industriels sur leur site historique en Normandie : « notre savoir-faire depuis 1889 repose sur nos fabrications françaises et notre histoire. Le « Made in France » est important pour nous et représente la garantie de notre essor à l'export ».

Le marché de la Police représente pour l'entreprise 25 000 pulls par an et l'équivalent d'une quinzaine d'emplois directs.

Le développement de la marque SAINT JAMES se poursuit via la mise en place de corners auprès de ses détaillants multimarques ainsi que l'ouverture en affiliation ou en partenariat de boutiques SAINT JAMES. Depuis début 2013, 5 corners ont été mis en place, une « SAINT JAMES boutique » s'est ouverte à Orléans et une autre est programmée à Cancale pour fin mai. Une troisième verra le jour à l'intérieur des terres dès septembre.

Après les Etats-Unis et l'Asie, de nouveaux horizons s'ouvrent à SAINT JAMES avec l'Amérique du Sud. Sa part export pour 2013 devrait atteindre 35% de son chiffre d'affaires.


SAINT JAMES en quelques chiffres
Ÿ 300 emplois en France.
Ÿ 40 millions d'Euros de chiffre d'affaires
Ÿ Un site de production : Saint James en Normandie
Ÿ 32% de son CA à l'export

cityzencats TV - environnement, recyclage, nature, chats

Loading...