mercredi 30 janvier 2008

VERS UNE CHARTE SUR L’ IMAGE DU CORPS

Fashion week NY j-1
Face à la campagne d’affichage signée Oliviero Toscani reprenant les images d’une jeune femme anorexique, la Fédération Française du Prêt-à-Porter Féminin réaffirme son souhait de voir élaborer une « Charte d’engagement volontaire sur l’image du corps ».

Un premier groupe de travail, comprenant des professionnels des medias et de la publicité, des représentants d’associations de consommateurs et des scientifiques, s’est réuni à l’initiative de Xavier Bertrand, précédent ministre de la santé, visant à l’élaboration d’un cadre d’engagement portant sur la publicité, la mode et l’apparence du corps.

Une première étape vers une « Charte d’engagement volontaire sur l’image du corps ».
Celle –ci prévoit que les signataires s’interdisent le recours à des mannequins connaissant des troubles du comportement alimentaire et des conditions de santé fragiles. Ces mannequins (parfois 1,78 pour 42 kg), véritables vitrines de l’image d’un corps idéal véhiculé à grand renfort médiatique sont en fait les toutes premières fashion victims mais surtout un vecteur de danger potentiel pour les jeunes filles qui en font leurs modèles. Cinq études scientifiques très sérieuses disent en effet clairement qu’il « existe un lien entre désir de minceur extrême, jeûnes et vomissements provoqués, d’une part et lecture des journaux d’autre part, comme le souligne le PR Daniel Rigaud, l’un des membres de ce groupe de travail. Non sans rappeler les risques futurs de déminéralisation et leur impact très concret en termes de santé publique.


« Alors que des villes comme Londres, Milan et Barcelone ont déjà pris des mesures contraignantes concernant l’excessive maigreur des mannequins », rappelle Jean-Pierre Mocho, il serait difficilement compréhensible que la France n’en fasse pas de même. » A travers l’IMC très bas des mannequins, c’est en effet toute l’image de la mode elle-même qui est mise en cause « alors que celle-ci, au contraire, a pour objet de mettre le corps en valeur », comme le souligne François-Marie Grau, Secrétaire Général de la fédération du prêt-à-Porter Féminin.
Les créateurs doivent donc prendre conscience des limites de leur choix et de leur responsabilité quant à l’image de la femme qu’ils véhiculent sur les podiums comme dans leurs campagnes publicitaires.

Un signal fort, entendu en haut lieu, puisque la ministre de la santé Roselyne Bachelot a indiqué de source AFP, lundi 17 décembre, avoir relancé le groupe de travail « Anorexie et image du corps », ajoutant que des mesures seront « annoncées en jfévrier » avec « sans doute un volet législatif ». Une décision annoncée alors que Mme Bachelot visitait la Maison de Solenn en compagnie de Bernadette Chirac, présidente de la Fondation Hôpitaux de Paris - Hôpitaux de France. "Il faut qu'il y en ait au moins une de ces maisons dans chaque département français", a déclaré Mme Bachelot, ajoutant que "la Maison de Solenn est une démonstration de ce qu'il faut faire". Et de conclure en indiquant que 39 projets sont "en cours de création ou déjà installés".

Voir notre post précédent sur les actions de la maison de Solenn - maison des adolescents.

2 commentaires:

Eyeon Model a dit…

Très bon article avec des infos très intéressantes. Cela me laisse une bonne opinion sur votre site, je reviendrais certainement!
Hotesses accueil Lyon

Eyeon Model a dit…

Great post with great info. Had a good look around on your site and I will be back!
Hotesses accueil Lyon

cityzencats TV - environnement, recyclage, nature, chats

Loading...